Développement d’une approche visant à mobiliser la clientèle dite éloignée du marché du travail (PCM)

Chercheuse principale : Guylaine Michaud 
Cochercheuse ou cochercheur : Rachel BélisleSuzanne GaronSylvain Bourdon
Coordonnatrice du projet : Patricia Dionne
Partenaires impliqués : Regroupement québécois des organismes pour le développement de l’employabiltié (RQuODE), ainsi que 7 organismes membres de ce regroupement, situés dans 5 régions administratives du Québec.

La société québécoise est présentement confrontée à différents enjeux, dont ceux du vieillissement accéléré de sa population et des pénuries de main-d’œuvre croissantes qui vont en s’aggravant dans divers secteurs d’activités. Pour pallier à cette situation, le plan gouvernemental pour l’emploi (Gouvernement du Québec, 2005) propose une orientation stratégique visant l’augmentation du taux d’emploi de certains groupes qui demeurent sous-représentés sur le marché du travail. Parmi les bassins potentiels de main-d’œuvre se trouvent les prestataires de l’aide financière de dernier recours. Au cours de la dernière décennie, plusieurs initiatives ont été mises de l’avant afin de soutenir les transitions vers l’emploi de personnes prestataires de l’aide financière de dernier recours jugées « aptes au travail » (MESS, 2006). Toutefois, le taux d’interruption de participation aux mesures est considérablement plus élevé pour cette population que pour les personnes qui sont plus proches du marché du travail. Ainsi bien que le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale ait développé divers outils lui permettant de faire un portrait quantitatif assez précis de ces prestataires, il constate la difficulté de les « mettre en mouvement ». Pour l’aider dans cette tâche, le MESS s’est associé à des organismes œuvrant depuis de nombreuses années auprès de cette population pour expérimenter de nouvelles formes d’intervention qui favoriseraient davantage l’engagement et la persévérance de cette population dans les mesures actives vers l’emploi.

Ainsi, le Regroupement québécois des organismes pour le développement de l’employabilité (RQuODE) s’est associé à l’ÉRTA pour la réalisation de ce projet. Ce projet s’appuie sur le modèle de participation continue en orientation professionnelle qui propose d’utiliser les forces moins les limites de quatre stratégies complémentaires, dont la « stratégie contextualisante » qui représentante la dimension novatrice (Riverin-Simard et Simard, 2005). Au niveau de l’intervention, le projet vise notamment la réparation des liens entre la personne participante et les différents systèmes dans lesquels elle se développe (famille, groupe de pairs, quartier, travail, école, groupe religieux) en référence au modèle bioécologique de Bronfennbrener. Le but est « de permettre aux individus de développer des habiletés et des compétences pour assurer leur insertion socioprofessionnelle et leur capacité à gérer leur parcours professionnel tout au long de la vie » (Ibid., p. 9). Dans ce projet, l’action sur le milieu est aussi importante que l’intervention auprès des individus et vise notamment à travailler à changer le regard de la communauté sur les personnes participantes par des actions concrètes dans la communauté (projet collectif, bénévolat, etc.). Dans ce sens, l’intervention est centrée sur la compréhension et la médiation des tensions que l’individu vit avec son environnement. Elle vise l’augmentation de l’accessibilité aux ressources de base, soit la santé, les compétences, l’éducation, les ressources matérielles et « l’autre », selon l’approche par les capabilités de Sen. Parmi les lignes directrices du projet qui prévoit une intervention d’une durée de 18 mois, outre le projet collectif dans la communauté, il a été prévu l’établissement d’un bilan de leurs compétences et d’un plan d’action personnalisé avec différentes étapes pour une intégration progressive vers l’emploi (implication sociale, stage et emploi subventionné).

Au niveau de la recherche, l’objectif général est d’évaluer les retombées pour les individus et les communautés du projet dans les 8 sites. Notre devis de recherche mixte, à la fois qualitatif et quantitatif, est divisé en quatre parties : la première est descriptive, la deuxième est centrée sur l’évaluation de processus, la troisième, sur l’évaluation des effets et la quatrième, sur la synthèse des résultats. Les données sont recuillies dans une perspective longitudinale tout au long de l’année et demie d’intervention et six mois après celle-ci. Elles permettront une évaluation réaliste (Realistic evaluation) des programmes et de leurs effets. La recherche prévoit cinq temps de collecte de données, à partir de 200 entrevues semi-dirigées avec les personnes participantes, personnes intervenantes, gestionnaires, les acteurs des milieux, les personnes agentes d’Emploi-Québec et les gestionnaires du RQuODE, 35 journées d’observation directe sur les sites, de même que des questionnaires administrés aux personnes participantes aux cinq temps de la recherche (dont deux sur la situation occupationnelle au T4 et T5). Les personnes intervenantes rempliront également durant toute la durée du projet des journaux de bord permettant de documenter les activités et les effets perçus de l’intervention.

Source(s) de financement
Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MESS)
Ressources humaines et développement social Canada (RHDSC)